L’UEFA lance un projet de recherche sur le jeu de tête dans le football junior

Deux études, de l’Université de la Saare et de la Hampden Sports Clinic, ont été mandatées par l'UEFA.

Jeu de tête
Jeu de tête ©Sportsfile

L’UEFA a mandaté deux études académiques séparées mais complémentaires pour connaître la portée et la nature exactes du jeu de tête dans le football junior.

Les deux études – l’une menée par l’Université de la Saare, en Allemagne, l’autre par la Hampden Sports Clinic et le Greater Glasgow & Clyde Health Board, en Écosse – ont été approuvées par la Commission médicale de l’UEFA, sur recommandation d’un panel d’experts.

En mai 2017, l’UEFA a lancé un appel à propositions de recherche invitant les chercheurs à se pencher sur deux questions. La première était de déterminer la charge du jeu de tête dans le football junior, en étudiant les différentes manières dont le jeu de tête est enseigné à l’entraînement, les différences dans l’incidence et les caractéristiques du jeu de tête lors des matches et des entraînements ainsi que les différences entre les catégories d’âge de joueurs et de joueuses, tout en tenant compte des variations liées aux traditions et aux styles de jeu dans les différents pays. En second lieu, les propositions devaient fournir des données afin de déterminer si le jeu de tête dans le football junior a des effets sur la structure et le fonctionnement du cerveau des joueurs.

Après avoir examiné les dix propositions reçues dans le délai imparti, le panel d’experts de la Commission médicale de l’UEFA a recommandé que l’UEFA retienne les deux propositions susmentionnées, de l’Université de la Saare et de la Hampden Sports Clinic, pour la première question de l’étude. Cette recommandation a été discutée et acceptée par la Commission médicale de l’UEFA lors de sa séance de novembre 2017 à Nyon. Les deux groupes de recherche ont ensuite signé des contrats avec l’UEFA et commencé leur travail ; les premiers résultats sont attendus pour la fin 2018.

Le panel a également recommandé que l’UEFA ne lance pas l’étude portant sur la deuxième question – concernant les effets du jeu de tête sur la structure et le fonctionnement du cerveau des joueurs – avant de connaître les résultats de l’étude sur la charge du jeu de tête.

Le président de la Commission médicale de l’UEFA, Dr Michel D’Hooghe, a déclaré : « C’est un sujet extrêmement important, et je suis fier que l’UEFA prenne l’initiatve de commander cette recherche. L’UEFA fait du bien-être des joueurs une priorité absolue, et cette recherche est une première étape fondamentale en vue de déterminer si le jeu de tête représente un risque pour les jeunes joueurs. »

Haut