L’UEFA sanctionne six joueurs des M21 maltais pour des infractions liées au trucage de matches

L’Instance de contrôle, d’éthique et de discipline de l’UEFA a prononcé des interdictions d’exercer toute activité liée au football à l’encontre de six joueurs internationaux des M21 maltais pour des infractions liées au trucage de matches.

©UEFA

L’Instance de contrôle, d’éthique et de discipline de l’UEFA a prononcé des interdictions d’exercer toute activité liée au football à l’encontre de six joueurs internationaux des M21 maltais, dont deux interdictions à vie, pour des infractions liées au trucage de matches.

L’UEFA avait lancé une enquête disciplinaire contre sept joueurs des M21 maltais accusés d’avoir enfreint plusieurs dispositions de l’article 12 du Règlement disciplinaire de l’UEFA (RD) en relation avec des cas potentiels de trucage de matches. L’enquête portait sur deux matches du Championnat d’Europe des moins de 21 ans de l’UEFA 2015-17 disputés par Malte contre le Monténégro le 23 mars 2016 et contre la République tchèque le 29 mars 2016.

Les 14 et 15 décembre 2017, l’Instance de contrôle, d’éthique et de discipline de l’UEFA a tenu plusieurs auditions pour examiner le cas de chacune des personnes impliquées dans les activités de trucage de matches.

L’instance a fait part aujourd’hui de ses décisions dans le cadre des procédures disciplinaires susmentionnées :

Emanuel Briffa : art. 12 (2) (a) RD : interdiction à vie d’exercer toute activité liée au football pour avoir agi de façon à influencer illégalement ou illégitimement le déroulement et/ou le résultat d’un match ou d’une compétition en vue d’obtenir un avantage pour lui-même ou pour un tiers.

Kyle Cesare : art. 12 (2) (a) RD : interdiction à vie d’exercer toute activité liée au football pour avoir agi de façon à influencer illégalement ou illégitimement le déroulement et/ou le résultat d’un match ou d’une compétition en vue d’obtenir un avantage pour lui-même ou pour un tiers.

Samir Arab : art. 12 (2) (d) RD : deux ans d’interdiction (jusqu’au 31 décembre 2019) pour n’avoir pas informé spontanément et immédiatement l’UEFA qu’il avait été contacté en vue de participer à des actes visant à influencer illégalement ou illégitimement le déroulement et/ou le résultat d’un match ou d’une compétition.

Ryan Camenzuli : art. 12 (2) (d) RD : un an et six mois d’interdiction et de travail d’intérêt général en faveur du football (jusqu’au 30 juin 2019) pour n’avoir pas informé spontanément et immédiatement l’UEFA qu’il avait été contacté en vue de participer à des actes visant à influencer illégalement ou illégitimement le déroulement et/ou le résultat d’un match ou d’une compétition.

Llywelyn Cremona : art. 12 (2) (d) RD : douze mois d’interdiction et de travail d’intérêt général en faveur du football (jusqu’au 31 décembre 2019) pour n’avoir pas informé spontanément et immédiatement l’UEFA qu’il avait été contacté en vue de participer à des actes visant à influencer illégalement ou illégitimement le déroulement et/ou le résultat d’un match ou d’une compétition.

Luke Montebello : art. 12 (2) (d) RD : douze mois d’interdiction et de travail d’intérêt général en faveur du football (jusqu’au 31 décembre 2019) pour n’avoir pas informé spontanément et immédiatement l’UEFA qu’il avait été contacté en vue de participer à des actes visant à influencer illégalement ou illégitimement le déroulement et/ou le résultat d’un match ou d’une compétition.

Matthew Cremona : l’Instance de contrôle, d’éthique et de discipline a décidé de clore la procédure disciplinaire ouverte à l’encontre de Matthew Cremona. Par conséquent, ce joueur est autorisé à participer à toute activité footballistique.

L’UEFA saisit cette occasion pour réaffirmer son engagement à débarrasser le football de ce fléau que représente le trucage de matches, que le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, a décrit comme « une maladie qui ronge le cœur même du football ».

Haut