Le fair-play financier à Dublin

L'atelier sur les licences de club et le fair-play financier a évoqué les bonnes mesures prises pour la santé financière des clubs.

Brian Quinn, membre de l'Instance de contrôle des finances des clubs (CFCB), s'adresse à ses pairs, à Dublin
Brian Quinn, membre de l'Instance de contrôle des finances des clubs (CFCB), s'adresse à ses pairs, à Dublin ©Sportsfile

Une année mémorable pour l'économie des clubs a été passée en revue lors de la 12e édition de l'atelier annuel sur les licences de clubs de l'UEFA et sur le fair-play financier, à Dublin.

En plus de revenir sur les grands événements de la saison 2013/14, l'atelier a fourni la plate-forme idéale pour discuter de la façon dont l'octroi de licences de club et le fair-play financier peuvent continuer à évoluer, et comment cela peut favoriser la prospérité du football de clubs en Europe depuis l'introduction du système de licences de clubs en 2003.

Cet événement annuel rassemble les 54 associations membres de l'UEFA, et cette année, une dimension nouvelle est donnée aux discussions autour des licences de club et du fair-play financier avec la participation des délégués de la FIFA, instance dirigeante mondiale du football, de l'AFC, la CAF et de la CONCACAF.

Quelques 140 participants ont assisté à cette réunion de deux jours et demi qui a été ouverte par le directeur général de l'Association irlandaise de football (FAI), John Delaney. Le discours de bienvenue a été suivi par un discours du président de la Commission des licences de club de l'UEFA, David Gill, qui a souligné le rôle important que les associations nationales ont joué dans l'adoption des licences de clubs et du fair-play financier. Il a noté que la collaboration étroite avec les clubs, la bonne gouvernance et la réglementation financière rigoureuse seront bénéfiques pour toutes les parties prenantes.

"Les résultats obtenus au cours de la première année de la mise en œuvre intégrale des mesures de fair-play financier ont été encourageants, et l'UEFA a démontré que son action était jutifiée pour lutter contre les dépenses excessives de certains clubs", a déclaré David Gill, lors de la réunion. "En outre, les chiffres récents montrent une diminution des pertes nettes globales des grands clubs européens de 1,7 milliard d'euros à 0,8 milliard d'euros sur deux ans. C'est un signe concret que les clubs réagissent et adaptent leurs stratégies à ce nouvel environnement. Le fair-play financier fait maintenant partie du paysage du football, et il est très important que tous les clubs l'aient accepté."

Andrea Traverso, responsable de l'octroi de licences de clubs de l'UEFA et de l'unité de fair-play financier, a fourni un examen complet des activités de la saison 2013/14. Cela comprenait un résumé des décisions d'octroi de licences 2014, qui a vu 562 clubs de première division contrôlés, la licence de l'UEFA étant accordée à 453 clubs, ainsi qu'un aperçu de la première évaluation de l'exigence de rentabilité dans le cadre de la mise en œuvre complète des exigences du fair-play financier. Dans l'ensemble, six clubs n'ont pas été admis dans les compétitions 2014/15 de UEFA au motif du fair-play financier. L'impact positif du fair-play financier a été illustré par la réduction continue des arriérés de paiement qui se monte à 8 M€ à comparer aux 57 M€ de 2010/11.

Brian Quinn, membre de la Chambre d'instruction de l'Instance de contrôle financier des clubs de l'UEFA, a présenté un rapport sur une année mouvementée pour l'organisme chargé de vérifier la bonne application du Règlement sur le fair-play financier et les licences de club de l'UEFA. Pendant la saison 2013/14, l'ICFC a évalué 237 clubs en lice dans les compétitions de clubs de l'UEFA.

La tâche importante de l'évaluation des clubs face à l'exigence de rentabilité a été effectuée pour la première fois par la Chambre d'instruction à la demande d'ICFC concernant 76 clubs. Après de nombreux audits de conformité, neuf clubs ont été examinés et des accords de règlement ont été conclus visant à faire entrer ces clubs dans les directives du fair-play financier.

Un vif débat a réuni Javed Khan (Premier League anglaise), Regina Coppinger (FAI), Jan Peter Dogge (Association royale néerlandaise de football, KNVB) et Werner Möglich (Fédération allemande de football, DFB). Ils ont été rejoints par Jonathan Roche, président du club le plus titré de l'Irlande, le Shamrock Rovers FC, pour discuter de la mise en œuvre du fair-play financier, la possibilité de règlements faisant appel à un équilibre financier au niveau interne, les changements potentiels des règlements de l'UEFA à l'avenir et l'impact de l'introduction de ces critères sur les clubs. Le débat et les commentaires de la salle ont montré que, bien que certaines modifications peuvent être nécessaires, un large soutien va au fair-play financier, et le consensus général s'est établi autour du fait que les règlements ont eu un impact global positif significatif sur le football européen.

Un autre groupe de discussion animé était centré sur les problèmes des associations nationales concernant les licences de club. Cesare Bisoni, président de l'organe juridique de première instance de la Fédération italienne de football (FIGC), Cristian Iliescu (Fédération roumaine de football, FRF), le responsable des licences de clubs de l'Association de football de Serbie (FSS) Nenad Santrac et Ivančica Sudac, vice-président de la Commission des licences de club de l'UEFA, se joignaient à Richard Fahey, directeur des licences de club de la FAI.

La grande expérience et l'expertise considérable des personnes présentes ont fourni une excellente base pour un débat stimulant sur la façon dont les contrôles internes peuvent être améliorés afin de régler le problème des retards de paiement pour les transferts internationaux. Les décisions récentes du Tribunal arbitral du Sport (TAS) dans le cadre d'affaires de licences de clubs domestique ont également été débattues. Les deux invités et les participants ont exprimé leur soutien pour la compétence des organismes juridiques nationaux en appel des décisions rendues par les instances au niveau national dans de tels cas.

Un bilan du Règlement sur le fair-play financier et les licences de club de l'UEFA a été présenté sur des aspects techniques tels que le suivi des clubs. L'évolution continue du système a également été mise en évidence par les résultats d'une enquête nationale de soutien aux officiers de soutien et de liaison (SLO) qui a démontré l'impact positif sur les relations avec les supporters. L'obligation d'avoir un SLO a été introduite pour l'octroi de licences de club.

Le large succès et la reconnaissance des avantages de la licence de club a été mis en évidence par un aperçu de la façon dont le système de licences de clubs est adopté maintenant à travers le monde. Il est mis en œuvre en Afrique, en Asie et en Amérique du Nord et centrale.

Grâce aux protocoles d'entente qui sont en place entre l'UEFA et les autres confédérations de la FIFA, plus de dix ans d'expertise et les connaissances acquises depuis que le système a été introduit en Europe ont été partagés. Des représentants des FIFA, AFC, CAF et CONCACAF ont eu l'occasion d'interagir et de partager les meilleures pratiques avec les associations membres de l'UEFA, en montrant comment la famille du football peut bénéficier de la mise en œuvre des outils de bonne gouvernance et de développement telles que les licences de club et fair-play financier.