La conduite du développement des jeunes joueurs d'élite

L’UEFA aide ses associations membres à former les joueurs prometteurs au niveau des juniors, grâce à un programme de développement spécifique.

©UEFA

Former des jeunes footballeurs d’élite dans toute l’Europe est depuis longtemps une priorité pour l’UEFA. Sous la direction de l’ancien international français Jean-François Domergue, qui a rejoint l’UEFA en qualité de responsable du développement du football en 2014, le travail a démarré rapidement afin d’établir un programme de développement destiné aux jeunes joueurs d’élite.

« L’objectif, affirme Domergue, était de mettre en place un programme qui aiderait les associations plus petites et de dimension moyenne à former des joueurs d’élite. Il a été décidé d’élaborer un projet pilote, et après des visites aux associations qui pourraient remplir les conditions pour obtenir un soutien, on en a choisi quatre pour cette phase pilote – l’Arménie, le Bélarus, la Géorgie et l’ARY de Macédoine. »

Les joueurs M14 et M15 sont au cœur du projet pilote, l’objectif étant de mettre en œuvre un programme technique et éducatif au sein des quatre associations participantes, vu que la formation en football proprement dite, la scolarité et le soutien personnel sont considérés comme des éléments importants dans le développement d’un jeune.

Pour la période de 2014/15 à 2018/19, chaque membre du quatuor reçoit chaque saison un financement de l’UEFA afin de couvrir les frais de fonctionnement du centre de formation pour les M14 et les M15, élabore un programme technique, et développe des standards d’entraînement afin d’aider ses jeunes joueurs à progresser. L’UEFA effectue cinq visites par an à chacune des quatre associations afin de surveiller leur progression, d’offrir un soutien et de partager un savoir-faire technique, éducatif et managérial.

Les quatre associations sont aidées dans la mise en place d’un système national efficace en matière de centres de formation, système qui garantit des liens étroits entre l’association, les écoles et les clubs. On crée ainsi un environnement de premier ordre pour les joueurs talentueux et un lien évident entre l’entraînement de football et la formation scolaire.

Outre l’entraînement technique, tactique et physique de haute qualité – ce dernier comprenant des conseils sur la diététique et l’hygiène – on enseigne aussi aux jeunes des aptitudes pratiques en termes de comportement personnel, d’attitude et de sens des responsabilités.

Alors que les associations participant au projet pilote continuent à mettre en place leurs structures de développement, l’UEFA a déjà élaboré un programme complet pour le développement des jeunes joueurs d’élite pour ses 55 associations membres, afin de continuer à soutenir la promotion des jeunes joueurs (des M13 aux M16) dans toute l’Europe.

Les 55 associations reçoivent toutes, et ce jusqu’en 2019/20, un précieux financement grâce au programme HatTrick de l’UEFA pour mettre sur pied des projets dans deux des domaines suivants : développement des jeunes joueurs d’élite avec ou sans centre de formation, développement du football pour les jeunes filles, optimisation de la performance par l’utilisation étendue d’outils de la technologie de l’information, et formation des entraîneurs. L’UEFA a mis sur pied une équipe spécialisée qui est en contact régulier avec les 55 associations afin de discuter et de surveiller la progression des projets qu’elles ont choisis.

Dans le cadre de ce processus de développement, l’UEFA attache aussi une grande importance à son programme de tournois de développement d’élite pour les garçons et les filles M16. Depuis 2013, de nombreuses associations ont accueilli de tels tournois, ce qui donne aux jeunes joueurs une expérience internationale capitale à un stade précoce de leurs trajectoires professionnelles – et, chose importante, un nombre considérable de ces joueurs ont déjà pu jouer en équipe première de leurs clubs et dans les compétitions de l’UEFA et de la FIFA.

La stratégie de développement des jeunes joueurs d’élite de l’UEFA commence manifestement à rapporter des dividendes. « Les statistiques que l’on a récoltées lors de nos visites montrent que de plus en plus d’associations disposent maintenant de solides programmes et de visions claires pour la promotion de leurs jeunes talents, souligne Domergue. Et il y a une volonté manifeste au sein des autres associations de faire en sorte qu’elles puissent se trouver bientôt dans une situation similaire. On désire aider nos associations à former de meilleurs joueurs, conclut-il. Ce faisant, on investit dans l’avenir du football européen dans son ensemble. »

Article publié à l'origine dans UEFA Direct n°174

 

Haut