UEFA GROW contribue à l’épanouissement du football en Islande

L'Islande a connu une réussite sans précédent sur le terrain. À présent, l'Association de football d'Islande voudrait utiliser ce succès pour développer l'ensemble des secteurs hors du terrain.

Les joueurs islandais célèbrent leur qualification au terme des European Qualifiers.
Les joueurs islandais célèbrent leur qualification au terme des European Qualifiers. ©AFP/Getty Images

L’Islande a su faire vibrer les supporters de football du monde entier. Toutefois, non contente de progresser à pas de géant en atteignant les quarts-de-finale de l’UEFA EURO 2016 et en se qualifiant pour la Coupe du monde de la FIFA l’année prochaine, cette nation d’à peine 320 000 habitants est à présent déterminée à progresser également en dehors du terrain.

L’Association de football d’Islande (KSÍ) est récemment devenue le 34e membre du programme GROW de l’UEFA, conçu pour contribuer au développement du football au sein des 55 associations membres de l’UEFA.

L'Islande enregistre l'un des taux de participation les plus élevés d'Europe.
L'Islande enregistre l'un des taux de participation les plus élevés d'Europe.©Sportsfile

 

« L’Association de football d’Islande est très heureuse de rejoindre le programme GROW. Nous avons connu quelques succès ces dernières années sur le terrain de jeu avec nos équipes nationales masculine et féminine, ainsi qu’une progression solide du sport en général », a déclaré Gudni Bergsson, président de la KSÍ. « Mais nous devons continuer à nous améliorer et planifier l’avenir. UEFA GROW est le programme idéal pour que nous puissions examiner nos progrès et décider de la meilleure approche pour l’avenir dans de nombreux domaines, avec l’aide de l’équipe de ce programme. »

Le programme GROW de l’UEFA favorise le développement des associations nationales dans plusieurs secteurs clés : améliorer l’image du jeu, atteindre un public plus large, attirer davantage de joueurs/joueuses et maximiser leurs recettes. Il accompagne également les associations en les aidant à créer un plan stratégique global, renforcé par des marques solides, une communication efficace et le soutien du gouvernement.

L’Islande a été une pionnière en termes d’incitation à jouer au football, enregistrant l’un des taux de participation les plus élevés d’Europe. Le pays compte 23 500 joueurs inscrits, ce qui est vraiment impressionnant au regard de la population du pays, de 320 000 habitants. Près de 10 % des hommes vivant en Islande jouent au football, contre 4,4 % des femmes, ce qui est le deuxième chiffre le plus élevé parmi les 55 associations membres de l’UEFA.

« Le football étant en compétition avec de nombreux autres sports et activités en Islande, il est important de le rendre le plus attractif possible. Nous pouvons notamment le faire en mettant à disposition des installations d’entraînement de bonne qualité », a précisé Gudni Bergsson, lui-même ancien défenseur, qui a disputé plus de 300 matches en Angleterre pour le Tottenham Hotspur FC et le Bolton Wanderers FC.

La KSÍ est la 34e association membre de l'UEFA à rejoindre le programme GROW de l'UEFA.
La KSÍ est la 34e association membre de l'UEFA à rejoindre le programme GROW de l'UEFA.©KSÍ

« Nous devons aussi nous assurer que les enfants jouent au football. Il faut bien sûr équilibrer formation et développement, mais nous devons aussi nous assurer que le football reste un divertissement avant tout. L’investissement dans le football de base est l’une des priorités majeures de la KSÍ.

Football pour tous

En 1915, l’Islande est devenue le premier pays du monde à donner le droit de vote aux femmes. Cent ans plus tard, elle conserve son credo de l’égalité des chances pour tous, qui fait désormais partie intégrante de l’identité du pays.

Être un leader en matière d’égalité des sexes constitue un attrait énorme à l’international pour les sponsors qui souhaiteraient associer leur nom à une marque telle que la KSÍ, et l’association pense qu'elle peut capitaliser cet atout afin de favoriser le développement du football des filles et des femmes. Le fait que l’équipe féminine d’Islande soit parmi les meilleures d’Europe est également un plus. Elles ont connu plus de succès que leurs homologues masculins durant la dernière décennie et se sont qualifiées pour les trois derniers EURO.

« Dans le cadre du programme GROW de l’UEFA, une analyse a été réalisée concernant les développements stratégiques et systématiques qui pourraient garantir la croissance durable du football au sein de la KSÍ », a indiqué Noel Mooney, chef Développement stratégique des associations nationales. « Nous voulons aider la KSÍ à exploiter son potentiel dans plusieurs secteurs clés, notamment le marketing du football féminin, domaine sur lequel porte la campagne phare de l'UEFA Ensemble #WePlayStrong. »

Un tournoi réunissant 1500 enfants est organisé sur les îles Vestmann, un archipel de petites îles volcaniques au sud-ouest de la côte islandaise.
Un tournoi réunissant 1500 enfants est organisé sur les îles Vestmann, un archipel de petites îles volcaniques au sud-ouest de la côte islandaise.©KSÍ

La KSÍ s’assure qu’un flux régulier de talents remplace les vedettes actuelles masculines et féminines en investissant massivement dans le football junior dans le pays. Par exemple, chaque année, un tournoi réunissant 1500 enfants est organisé sur les Îles Vestmann, un archipel de petites îles volcaniques au sud-ouest de la côte islandaise. Ces îles ont constitué une riche source de talents pour l’équipe nationale d’Islande.

Ásgeir Sigurvinsson, ancien capitaine du VfB Stuttgart et ancien entraîneur de l’équipe nationale, et Heimir Hallgrímsson, entraîneur principal actuel et, accessoirement, dentiste local, sont nés sur les Îles Vestmann. Et des stars internationales telles que Gylfi Sigurdsson, Kolbeinn Sigthórsson, Elmar Bjarnason et Jón Dadi Bödvarsson ont tous participé au fameux tournoi des Îles Vestmann quand ils étaient enfants.

Au cours des dernières années, 111 miniterrains ont été construits dans le pays grâce à des fonds provenant du programme HatTrick de l’UEFA, qui réinvestit les recettes du football dans les 55 associations nationales membres de l'instance européenne. Afin de maximiser l’utilisation de chaque terrain, un système de chauffage a été installé, qui permet de les utiliser toute l’année.

À la hauteur de leurs ambitions

Les investissements réalisés par la KSÍ dans le football de base ont obtenu des résultats fantastiques sur le terrain de jeu. Les équipes nationales masculine et féminine se sont ainsi qualifiées pour leur EURO, respectivement en 2016 et en 2017, tandis que l’équipe masculine se rendra en Russie l'année prochaine pour disputer la première Coupe du monde de la FIFA de son histoire.

L'Islande a fait sensation lors de l'UEFA EURO 2016.
L'Islande a fait sensation lors de l'UEFA EURO 2016.©Getty Images

Les réussites sur le terrain ont accru les possibilités commerciales, mais ce secteur a été plus difficile à exploiter. Les différences de niveau mises à part, les matches de football sont joués par deux équipes de 11 joueurs. Néanmoins, en dehors du terrain, la situation est tout sauf égale. Par exemple, la KSÍ dispose d’un personnel de moins de 20 collaborateurs. À titre de comparaison, l’Association anglaise de football (FA) compte 851 employés, ce qui donne à l'association beaucoup plus de capacités pour concrétiser les possibilités commerciales qui s’offrent à elle.

Pendant le workshop UEFA GROW, à Reykjavik, des collaborateurs de l’instance dirigeante du football européen ont travaillé en étroite collaboration avec leurs collègues islandais afin d’identifier les secteurs qui pourraient être développés. À court terme, la KSÍ cherche à maximiser les recettes découlant de la qualification de l’Islande pour la Coupe du monde de la FIFA, notamment en encourageant les supporters de football de pays non qualifiés pour la Russie à soutenir l’Islande lors de ce tournoi.

« Pendant l’UEFA EURO 2016, l’équipe nationale d’Islande a fait l’objet d’une attention sans précédent, a expliqué Gudni Bergsson. Nous n’aurions jamais pu imaginer que nous vendrions autant de maillots, ni que notre pays susciterait un tel intérêt autour du globe. Nous voulons mieux prévoir cette fois-ci, et nous sommes prêts à maximiser nos recettes potentielles, car cette manne pourrait ensuite nous aider à développer le football à tous les niveaux sur le plan national. »

L'Association de football d'Islande prévoit de rénover le stade Laugardalsvöllur.
L'Association de football d'Islande prévoit de rénover le stade Laugardalsvöllur.©Sportsfile

  

À de nombreux égards, la KSÍ constitue un modèle pour les autres associations nationales européenne. L’instance dirigeante du football islandais est un élève modèle dans tous les piliers clés du programme GROW de l’UEFA, notamment la participation et les résultats sur le terrain. Toutefois, l’Islande serait la première à admettre qu’une partie de ses infrastructures doit être améliorée, notamment son stade national.

Des projets sont en cours pour la rénovation du stade Laugardalsvöllur, qui sera utilisé pour les matches des équipes masculine et féminine. Un stade avec un nouveau design permettra non seulement à davantage de supporter d’assister aux matches et d’y bénéficier de meilleures installations, mais aussi à l’association d’accroître potentiellement ses recettes d’hospitalité et de billetterie.

« Le football suscite un réel engouement en Islande, a déclaré Noel Mooney. L’équipe nationale a su faire vibrer les supporters de football islandais et étrangers. La KSÍ a fait un travail fantastique en mettant en place les conditions nécessaires sur le terrain et en dehors pour la croissance du football. Elle fait preuve d’une telle volonté d’apprendre et de s’améliorer que je suis certain que le jeu continuera d’être florissant en Islande pendant les années à venir. »

Haut