Foot féminin : l'UEFA aide les plus petites associations

De petites associations de l'UEFA veulent développer le football féminin. L'UEFA, avec sa campagne Together #WePlayStrong, joue le rôle de catalyseur.

Tournoi féminin à Malte
Tournoi féminin à Malte ©Domenic Aquilina

"Together" #WePlayStrong, la campagne de l'UEFA pour le football féminin, devrait fournir un nouvel élan dans les petites associations européennes dans leurs efforts pour offrir à davantage de femmes et de filles un chemin vers le football.

Un stage UEFA pour le développement féminin a eu lieu dans la capitale du Kosovo, Pristina, réunissant l'instance dirigeante du football européen et les associations de Chypre, des îles Féroé, de Gibraltar, du Luxembourg, de Malte et de Saint-Marin a permis d'aborder les défis auxquels sont confrontés les petites associations dans la promotion et le développement de ce secteur.

L'atelier s'est déroulé sous les auspices du programme KISS de l'UEFA favorisant le partage des informations de l'expertise au sein des associations européennes.

Le moment ne pouvait être mieux choisi avec le lancement de ce mois-ci de la nouvelle campagne ambitieuse de l'UEFA visant à changer les attitudes à l'égard du football féminin et à accroître la participation, en particulier chez les jeunes filles.

Le manque d'exposition médiatique et les barrières culturelles ont été identifiées à Pristina comme des obstacles importants.

Par conséquent, il a été convenu que Together #WePlayStrong serait un facteur crucial pour changer l'image du football féminin, l'une des priorités du président de l'UEFA Aleksander Čeferin.

Chaque association a présenté et partagé son travail et ses expériences dans la mise en place de programmes et de structures féminins, ainsi que dans la mise en place de compétitions nationales. Elles ont également montré comment elles utilisaient positivement les fonds affectés par le Programme de développement féminin du football féminin de l'UEFA.

Sue Ronan, responsable du football féminin à l'Association de football de République d'Irlande (FAI), est venue au Kosovo pour donner un exemple d'un programme réussi qui fait croître le nombre de licenciées dans son pays : l'impressionnant projet Soccer Sisters (sœurs de football).

Les associations se sont déclarées préoccupées par le manque d'occasions pour leurs équipes nationales féminines de jouer des matches internationaux si elles ne se qualifiaient pas pour les tournois majeurs.

L'UEFA s'est engagée à collaborer avec les associations les plus modestes pour examiner les possibilités de financement spécifique par l'intermédiaire de l'Union européenne.

Les associations ont également insisté sur le fait que générer des ressources pour recruter du personnel à plein temps travaillant sur le football féminin était une priorité majeure dans les prochaines années.

Les participantes ont fait le point sur les idées les plus intéressantes pour elles :

Eroll Salihu - Secrétaire général de la Fédération de football du Kosovo (FFK)
"L'une des priorités de FFK est d'accroître la participation des femmes et des jeunes filles et de sensibiliser au football féminin dans les écoles dans le but de recruter des jeunes filles talentueuses pour le football de clubs."

Pætur Smith Clementsen - Directrice technique de l'Association des football des îles Féroé (FSF)
"Nous avons compris comment les choses se font dans des pays ayant des conditions préalables similaires aux nôtres. Ensuite s'ils peuvent le faire, nous aussi."

Eleni Tymviou - Département de football féminin, association de football de Chypre (CFA)
"L'occasion que nous avons dû travailler ensemble nous aidera à faire un nouveau départ et à organiser de nouvelles actions à l'avenir."

Lynette Alvarez, responsable du développement du football féminin, Gibraltar Football Association (GFA)
(Le stage) nous a aidés à prendre connaissance d'idées très utiles.