Pour l'amour du jeu

La Coupe des régions de l'UEFA est l'occasion pour les amateurs d'Europe entière d'évoluer sur la scène internationale. La prochaine phase finale aura lieu en Turquie la semaine prochaine.

Les Irlandais d'Eastern Region IRL fêtent leur victoire en Coupe des régions de l'UEFA 2015
Les Irlandais d'Eastern Region IRL fêtent leur victoire en Coupe des régions de l'UEFA 2015 ©Sportsfile

La Coupe des régions de l’UEFA est une véritable célébration de l’esprit amateur. Le tour final 2017 sera organisé du 1er au 9 juillet à Istanbul, en Turquie.

S’exprimant après que son équipe eut remporté la Coupe des régions en 2011, José Fortunato, joueur de Braga, a expliqué comment la principale compétition amateur d’Europe permettait aux rêves de devenir réalité. "Je suis sûr que l’avenir nous fera considérer cette expérience comme quelque chose d’unique et de remarquable", a-t-il dit. La Coupe des régions a donné ce sentiment aux meilleurs footballeurs amateurs d’Europe lors de ses dix éditions et même si d’anciens compétiteurs ont poursuivi leur carrière en Ligue Europa, en Ligue des champions voire au niveau international A, la compétition est vraiment une célébration de l’esprit amateur.

La Coupe des régions met en valeur les talents de joueurs qui n’ont jamais évolué au niveau professionnel, les critères d’admission garantissant que les équipes qui se qualifient à travers leurs propres tournois amateurs nationaux disputent la compétition à un niveau similaire. Cela signifie une concurrence acharnée, ainsi qu’un sens concret de la communauté et du respect.

L’effort que les équipes et les entraîneurs ont consenti dans le tour final est énorme. Gerry Smith, qui a mené la Région Est (République d’Irlande) à la victoire lors du tournoi 2015, a fait référence après son succès final à la somme de travail incombant à l’entraîneur. "Avec mon assistant Gerry Davis, nous avions terminé les DVD à 3h15 du matin et nous étions à nouveau au travail à 8h30," a-t-il déclaré. "Durant toute la semaine, il n’a été question que de football, encore de football et toujours de football."

Les équipes n’auraient bien sûr pas voulu qu’il en fût autrement, et la mise en place du tour final de la Coupe des régions garantit qu’elles aient toutes des chances de briller. Les associations hôtes fournissent de remarquables installations pour l’entraînement, une pléiade de volontaires prêtant leur concours, et des sites et des terrains de jeu dignes d’accueillir des matches de la Ligue des champions. L’UEFA utilise également la compétition comme terrain d’essai pour des arbitres prometteurs, les équipes d’arbitres du tour final acquérant une expérience de haut niveau et ambitionnant d’atteindre le niveau le plus élevé de leur profession.

Le football n’est certes pas professionnel, mais les émotions sont de ce fait encore plus intenses. Comme l’attaquant de l’équipe de Veneto, Francesco Gasparato, l’a déclaré après sa victoire en 2013 : "Demain nous retournerons à nos vies ordinaires – reprise du travail lundi, mais certainement avec un plus large sourire. Je fais ce que je fais vraiment joyeusement, J’ai un enfant, une partenaire et mon travail et je joue au football quand j’en ai le temps. C’est une passion – c’est la chose que j’aime faire le plus au monde et aujourd’hui nous avons atteint le sommet. La plus grande joie de ma vie a été la naissance de mon enfant et, ensuite, c’est ce que je viens de vivre."

Tour final 2017
Les équipes de huit associations membres de l’UEFA battront pavillon pour leurs pays respectifs lors de ce dixième tour final de la Coupe des régions. L’équipe croate de la région de Zagreb cherchera à faire mieux qu’en 2015, année où elle avait été battue en finale par la Région Est de la République d’Irlande, pays hôte, tandis que la ville hôte de cette année, Istanbul, espère que l’environnement familier lui donnera confiance. "Être le pays hôte est pour nous un avantage et non pas une pression supplémentaire", a souligné l’entraîneur Kamil Doygun, dont les joueurs sont issus des ligues locales de la principale ville de Turquie. "Ces joueurs pourraient aisément jouer dans notre deuxième division. Ils ont même le potentiel pour aller plus loin."

Le temps le dira, mais dans l’immédiat, ils vont pouvoir bénéficier d’un certain nombre des meilleures installations du football turc, le tournoi se déroulant au complexe Hasan Dogan, baptisé ainsi en l’honneur d’un ancien président de la Fédération turque de football (TFF) et camp de base de l’équipe nationale A. Situé à Riva, à quelque 30 km au nord d’Istanbul, à proximité des rives de la mer Noire, le complexe a été ouvert officiellement en juillet 2014. Il comprend cinq terrains d’entraînement et des installations de rééducation ainsi que des pistes de course, des piscines pour la pratique de la natation et des piscines thérapeutiques, de même que les bureaux de la TFF. Deux autres endroits accueilleront également des matches : le stade Yusuf Ziya Önis, qui est le fief de Sariyerspor, et le stade Maltepe.

Groupe A
Istanbul (Turquie)
Ingulec (Ukraine)
Région Zagreb (Croatie)
Lisbonne (Portugal)

Groupe B
Castilla y León (Espagne)
Région Olomouc (République tchèque)
Région 2 (République d’Irlande)
Région Sud (Russie)

Calendrier
Matches de groupes : 1er, 3 et 6 juillet
Finale : 9 juillet

Cet article a été publié à l'origine dans UEFA Direct n°168