La Convention des entraîneurs récolte ses fruits

Ces vingt dernières années, la Convention des entraîneurs de l’UEFA a relevé les standards en matière d'entraînement, accru la crédibilité du métier d'entraîneur et ouvert la voie à la libre circulation des entraîneurs qualifiés en Europe.

L'entraîneur de l'équipe d'Allemagne, Joachim Löw, parle aux joueurs lors d'une séance d'entraînement.
L'entraîneur de l'équipe d'Allemagne, Joachim Löw, parle aux joueurs lors d'une séance d'entraînement. ©Getty Images

Les joueurs réalisent des actions brillantes et marquent des buts qui font les gros titres et passionnent les supporters, mais ces talents nécessitent l’aide des entraîneurs pour éclore.

Et les entraîneurs de qualité qui s’occupent de ces joueurs doivent eux aussi suivre une formation adéquate. D’où le rôle essentiel que les formateurs d’entraîneurs remplissent avec soin et dévouement dans toute l’Europe.

L’UEFA accorde une importance capitale à la formation des entraîneurs de football. Elle s’appuie sur le principe selon lequel des entraîneurs bien formés permettent de produire de meilleurs joueurs et des équipes plus performantes, ce qui aboutit au final à une amélioration globale de la qualité du football en Europe.

L’un des éléments essentiels de ce processus qui consiste à « entraîner les entraîneurs » est la Convention des entraîneurs de l’UEFA.

Au cours des vingt dernières années, cette convention – qui compte actuellement 53 associations membres en Europe – a relevé les standards en matière d'entraînement, accru la crédibilité du métier d'entraîneur et ouvert la voie à la libre circulation des entraîneurs qualifiés en Europe. Grâce à elle, près de 200 000 entraîneurs européens possèdent un diplôme reconnu par l’UEFA qui leur permet d’exercer leur métier.

Frank Ludolph, chef Formation technique de l’UEFA, a expliqué les résultats et les avantages de la Convention des entraîneurs lorsque les formateurs d’entraîneurs des associations nationales européennes se sont réunis à Belfast à l’occasion de la dernière conférence, afin de passer en revue et d’examiner le développement de la formation et du secteur des entraîneurs.

L'entraîneur du Real Madrid, Zinédine Zidane, donne des instructions à son équipe à l'entraînement.
L'entraîneur du Real Madrid, Zinédine Zidane, donne des instructions à son équipe à l'entraînement.©Getty Images

« Il est évident que la convention a relevé le niveau de la formation des entraîneurs dans l’ensemble de nos associations membres en Europe, a-t-il déclaré. Aujourd’hui, la profession et le statut d’entraîneur sont aussi mieux reconnus. » 

Le désir de former des entraîneurs de qualité souligne l’engagement de l’UEFA à garantir la qualité future du football, qui, comme l’explique la convention, est placée dans une large mesure entre les mains des entraîneurs, dont le rôle est essentiel pour le développement des joueurs et du football en général.
La convention est aussi un instrument qui contribue à l’intégration à l’échelle européenne, en garantissant la reconnaissance mutuelle des diplômes d'entraîneur entre les pays.

« Par conséquent, les entraîneurs peuvent passer d’une association nationale à l’autre pour travailler, explique Frank Ludolph. Il bénéficient de la libre circulation, ce qui est tout à fait conforme au droit européen. »

La Convention des entraîneurs de l’UEFA met également en place des standards minimums unifiés pour les entraîneurs afin de garantir la qualité des performances des entraîneurs exerçant leur fonction sur le territoire de l'UEFA.

« Fait important, précise Frank Ludolph, les exigences générales relatives à la licence d’entraîneur prévues par la convention protègent également les footballeurs contre les risques liés à des entraîneurs non qualifiés, qui n’ont pas suivi la formation requise et peuvent entraver le développement physique, psychologique ou technique des joueurs. »

La convention s’engage à promouvoir la formation des entraîneurs sur l'ensemble du territoire de l’UEFA et pour toutes les compétitions organisées par l’UEFA et par ses associations membres, tout en s’assurant que la formation des entraîneurs reste sous le contrôle exclusif de l’UEFA et de ses associations membres.

Table ronde lors de la Conférence de l’UEFA sur la formation des entraîneurs 2017, à Belfast
Table ronde lors de la Conférence de l’UEFA sur la formation des entraîneurs 2017, à Belfast©Sportsfile

L’UEFA est en train d’appliquer une version actualisée de la convention, qui répond aux exigences modernes et reflète le développement de la formation des entraîneurs sur le continent. Cette application est supervisée par le Panel Jira de l’UEFA, une instance composée de techniciens expérimentés de premier plan, qui ont souvent eux-mêmes occupé un poste d’entraîneur au plus haut niveau du jeu. 

« Le jeu a évolué, et la formation des entraîneurs doit prendre en compte le fait que les exigences imposées aux entraîneurs sont plus élevées que jamais », souligne Frank Ludolph.

En outre, l’introduction récente par l’UEFA de programmes spécialisés consacrés aux gardiens et au futsal, assortie de licences dans ces deux domaines, se reflète dans la convention.

Une étude menée par l’université Leeds Beckett, au Royaume-Uni, a contribué à définir l’avenir de la convention. Cette étude, comprenant une enquête menée auprès d’associations nationales, visait à établir les résultats obtenus par la convention depuis son introduction en 1998. Elle a identifié trois priorités immédiates : la formation pragmatique (qui prépare les entraîneurs à la réalité de leur métier), le développement des formateurs d’entraîneurs (l’accent étant mis sur leur capacité à former des entraîneurs de premier plan), et la formation continue (maintenir et développer les compétences d’entraîneur de football des titulaires d’une licence).

Des activités clés sont mises en place dans ces trois domaines prioritaires afin de faire progresser la convention, la formation des entraîneurs et le métier d’entraîneur dans les années à venir.

La valeur de la Convention des entraîneurs de l’UEFA est soulignée par des entraîneurs qui ont travaillé au plus haut niveau :

« La formation des entraîneurs doit être bien structurée, comprendre plusieurs dimensions et être constamment adaptée à l’évolution du jeu. L’UEFA l’a réalisé il y a de nombreuses années, lorsqu'elle a introduit la Convention des entraîneurs. » – Joachim Löw, entraîneur de l’équipe d’Allemagne

Sir Alex Ferguson, ambassadeur des entraîneurs de l’UEFA
Sir Alex Ferguson, ambassadeur des entraîneurs de l’UEFA©UEFA

« Il est essentiel que toute personne souhaitant devenir entraîneur(e) puisse suivre un programme de formation correspondant. L’UEFA a travaillé dur pour que cette possibilité soit offerte dans toute l’Europe. » – Sir Alex Ferguson, ambassadeur des entraîneurs de l’UEFA 

« J’observe les répercussions considérables de la convention sur le développement du jeu. Les futurs entraîneurs professionnels bénéficient d’une formation de haute qualité, et le rôle du formateur est crucial, ce technicien clé devant disposer des moyens correspondants. » – Ioan Lupescu, directeur technique de l’UEFA

« C'est un vrai métier, de ceux qui s’apprennent. Le processus d’apprentissage est donc d’une importance vitale. » – Didier Deschamps, entraîneur de l’équipe de France