L'UEFA et l'IFA aiment le football féminin

Ambassadrice du PDFM de l'UEFA, Steffi Jones était l'invitée vedette d'une conférence en Irlande du Nord sur les progrès du football féminin.

Sara Booth, Steffi Jones, Elaine Junk et Emily Shaw
Sara Booth, Steffi Jones, Elaine Junk et Emily Shaw ©Gary Hancock

Ambassadrice du programme de développement du football féminin de l'UEFA (PDFM), Steffi Jones était l'invitée vedette d'une conférence sur le football féminin en Irlande du Nord.

L'ancienne internationale allemande multi-titrée, qui a pris ses fonctions à l'UEFA le mois dernier, a participé à un séminaire organisé par le département des Relations communautaires d'Irlande du Nord, en collaboration avec l'unité Football féminin de l'Association irlandaise de football (IFA) et l'Association de football féminin d'Irlande du Nord (NIWFA).

Cette journée était placée sous le signe de la motivation, de l'inspiration et de l'information autour du football féminin, de son impressionnant développement au cours des dernières années et des efforts fournis en la matière par l'Irlande du Nord. L'UEFA a approuvé le projet de PDFM de l'IFA – le Projet pilote "SCORE" ("Supporting Women and Girls Football", Soutien au football pour les filles et les femmes) – mis en place dans une dynamique paneuropéenne, qui permet à d'autres associations d'obtenir l'assistance de l'UEFA pour aller au bout de leurs ambitions dans le domaine du football féminin.

L'Irlande du Nord semble disposer d'un potentiel encourageant : l'IFA instaure actuellement une stratégie sur le long terme, qui prévoit entre autres le recrutement de joueuses, d'arbitres, d'officielles et de techniciennes, ainsi qu'une progression du niveau des clubs, la formation des techniciennes et des outils visant à faire progresser les équipes nationales, que ce soit chez les seniors ou chez les jeunes.

Ce projet SCORE aux multiples facettes a notamment pour but d'optimiser les capacités des clubs de football féminin. Cinquante bénévoles de clubs vont suivre une formation d'entraînement ajustée à leur niveau d'expérience, et les ateliers vont se concentrer sur des sujets tels que la nutrition dans le football de base.

Cinquante clubs vont par ailleurs participer à un programme de développement incluant la protection des enfants, l'administration d'un club et les premiers soins, chaque club recevant des fonds pour organiser des séances de formation dans des écoles et des groupes communautaires. Ces 50 clubs vont également organiser deux camps de vacances par an, et ils s'engagent à présenter au moins une équipe féminine dans les ligues irlandaises de bas niveau entre mars et juin, l'année prochaine.

L'UEFA a redonné un coup de fouet à l'évolution du football féminin à travers l'Europe en formulant une stratégie de fond en faveur du football féminin. L'une des visions clés est la suivante : "Toutes les filles qui en ont envie devraient avoir l'opportunité de jouer au football dans leur village ou dans leur quartier, quels que soient leur talent ou leurs aptitudes, afin de jouir d'un environnement sain où elles pourraient développer leurs propres aspirations." L'Irlande du Nord fait partie des nombreuses associations qui se mobilisent pour le football de base, avec l'aide de l'UEFA, en vue d'offrir aux filles une chance de jouer.

L'internationale nord-irlandaise Danielle McDowell fait partie de ces joueuses qui ont saisi cette chance. Lors du séminaire, elle a expliqué que, dès qu'elle avait commencé à marcher, elle avait voulu jouer au football et qu'elle avait toujours eu avec elle un ballon dans un sac en plastique. Pour elle, il n'y avait aucun doute : elle voulait simplement jouer et faire partager son amour pour ce sport.

Les personnes présentes ont aussi pu suivre une série d'ateliers interactifs d'information portant sur les femmes et le leadership, les barrières à la participation/les chemins vers l'inclusion, ou encore les relations publiques marketing et média dans le football féminin. Les ateliers ont été menés par la consule générale des États-Unis à Belfast Kamala Lakhdhir, la directrice du jeu national de l'Association anglaise de football Kelly Simmons, la responsable du football national féminin de l'IFA Sara Booth et Rhoda Cassidy de Women's World United.

"La nature interactive des ateliers a donné lieu à des discussions utiles et à une bonne transmission de l'information, mais elle a aussi permis aux participantes d'interagir de manière personnelle, de créer de nouvelles connexions en vue d'idées futures. L'ambiance et la détermination étaient parfaites tout au long de la journée", a expliqué Lisa Rickett, chargée des relations communautaires auprès de l'IFA.

Steffi Jones et la présidente de la NIWFA Elaine Junk ont évoqué avec passion et pragmatisme la situation du football féminin, tout en déplorant le faible nombre de femmes aux postes importants des instances de notre sport. Jones – désormais ambassadrice tout terrain du football féminin après sa brillante carrière de joueuse – a conclu qu'il fallait continuer à s'impliquer dans le sport et ne pas se contenter de jouer, pour que le savoir des plus anciennes puisse être transmis aux générations suivantes.

Haut