De futurs journalistes apprennent les bases grâce à l'UEFA

Onze jeunes journalistes ont vécu comme des reporters sportifs pendant l'EURO féminin de l'UEFA 2017, grâce à un programme organisé conjointement par l'UEFA et l'AIPS, l'association internationale des journalistes sportifs.

Aleksander Čeferin (au second plan, le 4e à partir de la gauche), président de l'UEFA, avec les jeunes journalistes et leurs mentors à la veille de la finale de l'EURO féminin de l'UEFA.
Aleksander Čeferin (au second plan, le 4e à partir de la gauche), président de l'UEFA, avec les jeunes journalistes et leurs mentors à la veille de la finale de l'EURO féminin de l'UEFA. ©Sportsfile

L'Autriche n'a pas été le seul débutant à réussir lors du Championnat d'Europe féminin de l'UEFA 2017. Onze jeunes journalistes issus de onze pays ont fait équipe avec l'UEFA et l'AIPS, l'association internationale des journalistes sportifs, pour leur première expérience dans un grand tournoi - et ils ont été jusqu'en finale. 

AIPS a développé son programme Young Reporters pendant six ans, et ce fut la troisième aventure réussie avec l'UEFA après les tournois européens des moins de 21 ans en Israël (2013) et en République tchèque (2015).

En plus d'apprendre à interviewer ou à rédiger des comptes-rendus de match dans les délais impartis, les Young Reporters étaient "en compétition" avec des journalistes bien installés et expérimentés dans les stades.

Cela aurait pu apparaître comme une tâche ardue, mais grâce aux conseils de trois mentors - Keir Radnedge, Martin Mazur et Riccardo Romani - les jeunes reporters d'AIPS ont appris à travailler dans l'environnement du stade. Ils ont aussi appris à explorer, développer et pratiquer les principales compétences requises pour apprivoiser le journalisme moderne.

Le président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, qui a remis les certificats à tous les participants la veille de la finale, a ajouté son soutien au programme : "L'UEFA est fière de soutenir, avec l'AIPS, ce groupe de jeunes journalistes qui ont couvert l'EURO féminin de l'UEFA", a-t-il déclaré.

"Nous sommes sûrs qu'ils ont acquis une expérience précieuse sur ce grand tournoi et cela les aidera certainement dans leurs carrières futures."

Les journées étaient bien remplies avec les conférences de presse, les matches et les zones mixtes. Certains des journalistes débutants n'avaient jamais rédigé un compte-rendu de match avant et tous étaient prêts à s'améliorer, les douze matches de la phase de groupes disputés les douze premiers jours présentaient donc un formidable défi.

Jeroen Adriaanse, Young Reporter de l'AIPS originaire des Pays-Bas, pense que cette intensité était vitale dans son processus d'apprentissage.

"Vous commencez à adopter une approche différente", a-t-il dit, "parce que vous vous rendez compte que chaque match est différent. Vous ne vous concentrez pas uniquement sur votre propre équipe ; par exemple, lorsque l'Islande a joué contre l'Autriche, c'était un match complètement différent avec des histoires différentes."

"Au fur et à mesure des interviews réalisées en zone mixte, vous commencez à développer votre propre logique pour poser les bonnes questions."

Être à l'intérieur du stade, parler aux joueurs, c'était la clé pour obtenir des informations - mais ce sont les cours avec les mentors qui ont été un catalyseur important pour aider les journalistes en herbe à s'améliorer à mesure que le tournoi progresse. Les conférences portaient sur des sujets tels que les questions, la préparation et les styles, mais ce sont les expériences personnelles des mentors qui ont vraiment illustré ce que cela signifie d'être un journaliste sportif à succès.

Par exemple, en expliquant à quel point l'attaque d'un article est essentielle, l'un des mentors a comparé le premier paragraphe à un premier rendez-vous. Coïncidence, après ce cours, la qualité des attaques s'est considérablement améliorée.

À la fin du tournoi, plus de 140 articles ont été écrits, tous variés dans le contenu et meilleurs au fil de la compétition. Gianni Merlo, président d'AIPS, a déclaré : "Nous travaillons tout le temps pour améliorer nos cours et valoriser la coopération que nous avons créée avec l'UEFA."

"Ensemble, je pense que nous avons pu créer un programme qui est un investissement dans la culture du journalisme et du football, ce qui est nécessaire à notre époque. Tout cela concerne l'éducation, à la fois à notre profession et à la compréhension de l'avenir du football."

Les Pays-Bas ont soulevé le trophée, alors que les onze jeunes reporters d'AIPS retournent dans leur pays avec également un prix pour leur formation aux médias sportifs.

Haut