Programme antidopage : les droits des joueurs renforcés

L'UEFA introduit des modifications au Règlement Disciplinaire, des modifications qui garantissent que tous les joueurs aient le droit de se défendre s'ils sont accusés de défaillance lors d'un test antidopage.

L'UEFA renforce les droits des joueurs dans son programme antidopage et ses procédures disciplinaires
L'UEFA renforce les droits des joueurs dans son programme antidopage et ses procédures disciplinaires ©UEFA.com

L'UEFA a pris des mesures pour s'assurer que tous les joueurs aient le droit de se défendre s'ils sont accusés d'avoir échoué à un test antidopage. Les modifications ont été adoptées dans le Règlement Disciplinaire de l'UEFA (DR) suite à l'approbation du Comité exécutif de l'UEFA en juin.

Les ajouts au Règlement disciplinaire de l'UEFA incluent d'autres articles pour protéger les joueurs qui ont eu des cas de dopage ouverts contre eux, tout en veillant à ce que les organes disciplinaires de l'UEFA restent indépendants.

L'UEFA est consciente qu'il existe des divergences financières entre les joueurs de football au sein des 55 associations membres de l'UEFA. À partir du 15 juin 2017, l'UEFA a mis en place des dispositions qui comprennent la garantie d'une aide juridique et d'un avocat pro bono aux joueurs de football ayant des moyens financiers insuffisants (article 39 du DR). En outre, les procédures disciplinaires ouvertes contre des personnes accusées de violations des règles antidopage sont gratuites (article 51 (2) du DR), y compris lors d'un appel (Article 60 (4) du DR).

L'indépendance des organes disciplinaires de l'UEFA revêt une importance capitale pour l'intégrité des procédures disciplinaires entreprises par l'organisation. Pour améliorer la transparence, les membres des organes disciplinaires de l'UEFA doivent maintenant signer une déclaration officielle s'engageant à exercer leurs fonctions (article 32 (1) du DR).

En outre, des audiences peuvent être ouvertes au public en cas de violation des règles antidopage impliquant des personnes si elles sont dûment demandées par le défendeur et approuvées par le président de l'organe disciplinaire concerné (Article 41 (7) du DR).

Avec l'introduction des amendements ci-dessus, l'UEFA considère que ses procédures disciplinaires sont à la fois plus robustes et indépendantes que jamais. Le nouveau système garantit qu'un joueur de football sera mieux placé pour que cette personne ait un cas disciplinaire devant les organes disciplinaires de l'UEFA.

L'UEFA montre son engagement non seulement dans la lutte contre le dopage, et augmente aussi la transparence en veillant à ce que tous les joueurs de football situés sous l'égide de l'UEFA aient accès à un traitement équitable.