La France pleure Francis Smerecki

Francis Smerecki, qui a connu une carrière exceptionnelle en France en tant qu'entraîneur de différents clubs et d'équipes nationales juniors, et qui a remporté deux titres dans des compétitions de l'UEFA, est décédé à l'âge de 68 ans.

Francis Smerecki a remporté le Championnat d’Europe des moins de 19 ans avec la France, et l’UEFA Intertoto Cup avec Guingamp.
Francis Smerecki a remporté le Championnat d’Europe des moins de 19 ans avec la France, et l’UEFA Intertoto Cup avec Guingamp. ©Sportsfile

Ancien entraîneur de Guingamp, puis de différentes équipes de France juniors, Francis Smerecki est décédé à l’âge de 68 ans.

Après avoir été milieu de terrain successivement au Mans UC 72, au Stade Lavallois MFC, au Paris FC et au Limoges FC, Smerecki devient entraîneur de Limoges en 1984. Après cinq ans à l’US Dunkerque, il rejoint le Valenciennes FC et le ramène en D1 en 1991/92.

En 1993, il prend les rênes de l’En Avant Guingamp, alors en National 1. Sous son impulsion, le club breton monte en D1 deux ans plus tard, et figure parmi les trois vainqueurs de l’UEFA Intertoto Cup en 1996. La saison suivante, Guingamp atteint sa première finale de Coupe de France, s'inclinant aux tirs au but face à l'OGC Nice. Élu meilleur entraîneur français de première division en 1995 par France Football, Francis Smerecki rejoint la Fédération Française de Football (FFF) en 2004.

Il a été entraîneur national de différentes équipes de France juniors (les M16 en 2006/07, les M17 en 2007/08, les M18 en 2008/09 et en 2011/12, les M19 en 2009/10, en 2012 et en 2014, et les M20 entre 2004 et 2006 ainsi qu’en 2010/11 et en 2014/15). Sous sa direction, Antoine Griezmann, Alexandre Lacazette, Francis Coquelin, Clément Grenier, Cédric Bakambu et Gaël Kakuta ont remporté le Championnat d’Europe des moins de 19 ans de l’UEFA en 2010.

« Francis était un grand technicien, un homme de grande valeur », a déclaré Noël Le Graët, président de la FFF. « Il était apprécié par tous, pour son humanité, sa convivialité. J'ai pu personnellement apprécier pendant six années ses qualités humaines lorsqu’il a dirigé l'En Avant de Guingamp en tant qu'entraîneur. [Noël Le Graët était à l’époque président du club]. La fédération et le football français perdent une personnalité et un formateur de grande compétence. »

 

 

Haut