La Russie bientôt sous les feux des projecteurs

Du 14 juin au 15 juillet, l’Union russe de football accueillera la Coupe du monde, dans un moment charnière pour le football international : c’est la première fois que le tournoi est organisé en Europe de l’Est.

Fisht Olympic Stadium (Sotchi)
Fisht Olympic Stadium (Sotchi) ©Getty Images

À partir du moment où la Russie a été confirmée comme pays hôte, soit en décembre 2010, le pays a œuvré inlassablement afin de se préparer pour le tournoi. Outre la rénovation des stades et des installations d’entraînement dans tout le pays, un important travail a été entrepris dans chacune des villes hôtes sur le plan des infrastructures afin de garantir que celles-ci répondent aux standards de la FIFA.

Trente-deux équipes nationales prendront part au tournoi, 14 d’entre elles venant d’Europe. Le tirage au sort pour la phase de groupes du tour final s’est déroulé au palais du Kremlin à Moscou en décembre dernier, en présence d’une multitude de légendes du football comme Pelé, Diego Maradona, Ronaldo, Cafu, Gordon Banks, Fabio Cannavaro, Carles Puyol, Diego Forlan, Laurent Blanc et Gary Lineker. La cérémonie a été officiellement lancée par le président Vladimir Poutine et le président de la FIFA, Gianni Infantino.

Lors de cette cérémonie, Miroslav Klose, vainqueur, avec l’Allemagne, de la Coupe du monde 2014 et meilleur buteur du tournoi, était présent pour remettre le trophée.

Ces huit derniers mois, des centaines de milliers de supporters de football du monde entier ont eu l’occasion de voir de près la coupe grâce à la tournée du trophée. Ce dernier a voyagé en long et en large dans toute la Russie et a rendu visite à 51 pays sur les autres continents.

La vente des billets pour la Coupe du monde a commencé le 14 septembre 2017. Tous les supporters assistant à des matches recevront un passeport de supporter (identification des supporters) à l’achat de leur billet. Cela dit, les supporters sans billet pourront tout de même voir les matches sur les écrans géants des onze sites du festival des supporters dans les villes hôtes.

L’automne dernier, adidas a dévoilé le ballon officiel de la Coupe du monde 2018. Des répliques de ce ballon, aux couleurs classiques noir et blanc, font partie des nombreux objets de la catégorie des marchandises sous licence qui pourront être achetés dans les boutiques officielles dans les villes hôtes. Il est également certain que la mascotte officielle, un loup nommé Zabivaka, fera partie des souvenirs les plus populaires.

Pour aider à assurer le succès de la manifestation, une équipe de 15 000 bénévoles sera à disposition. Les candidatures ont atteint un chiffre record, quelque 177 000 personnes de 190 pays ayant fait acte de candidature.

Un grand nombre de personnes recrutées avaient déjà été mises à l’épreuve lors de la Coupe des confédérations l’an passé.

Cinq pôles hôtes
Les matches auront lieu dans douze stades de onze villes. Reflétant la vaste étendue géographique du pays qui couvre onze fuseaux horaires, les villes hôtes ont été réparties en cinq pôles : Central (Moscou), Nord (Saint-Pétersbourg et Kaliningrad), Sud (Sotchi et Rostov-sur-le-Don), Volga (Nijni Novgorod, Samara, Kazan, Saransk et Volgograd) et Oural (Ekaterinbourg).

Deux des sites se trouvent dans la capitale, laquelle accueillera aussi bien le match d’ouverture que la finale. Très précisément, cet honneur échoira au stade Luzhniki, le grand stade de football du pays avec ses 81 000 places. Ce stade est rompu à l’accueil de manifestations sportives emblématiques après avoir déjà accueilli les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’été en 1980 de même que la finale de la Coupe UEFA en 1999 et, plus récemment, la finale de la Ligue des champions en 2008.

En 2013, le stade a été fermé pour d’importants travaux de rénovation afin de le préparer pour la Coupe du monde. Ce travail a été achevé l’an dernier et le stade a rouvert ses portes pour un prestigieux match amical entre la Russie et l’Argentine, suivi par 78 750 spectateurs. « Le stade Luzhniki a vraiment changé, a déclaré après le match l’entraîneur de l’équipe nationale russe Stanislav Cherchesov. Tous les nouveaux stades de notre pays sont magnifiques, à l’image du stade Luzhniki. »

En plus du match d’ouverture entre la Russie et l’Arabie Saoudite et la finale, Luzhniki accueillera trois autres matches de la phase de groupes ainsi qu’un match des huitièmes de finale et une demi-finale.

L’autre site dans la capitale est le stade de Spartak, fief du club éponyme. Cette nouvelle construction, inaugurée en 2014 et pouvant accueillir 45 000 spectateurs, a été l’un des quatre stades qui ont accueilli la Coupe des confédérations en 2017. Cet été, le stade de Spartak accueillera quatre matches de la phase de groupes et un match des huitièmes de finale.

Le stade de Saint-Pétersbourg est un autre endroit qui a joué un rôle de première importance lors de la Coupe des confédérations puisqu’il a accueilli le match d’ouverture et la finale. Situé sur l’île Krestovski, au bord de la mer Baltique, il est le fief du FC Zénith Saint-Pétersbourg et, avec une capacité de 67 000 places, il sera le deuxième plus grand stade de la Coupe du monde. Il est prévu que s’y déroulent pas moins de sept matches, dont une demi-finale et le match pour la troisième place. Deux autres sites de la Coupe du monde ont également été mis à l’épreuve durant la Coupe des confédérations : le stade de Kazan dans la ville du même nom, qui est le fief du FC Rubin, et le stade olympique Fisht à Sotchi – qui a été le lieu principal des Jeux olympiques d’hiver 2014.

Un autre des endroits choisis, le stade de Volgograd, a été mis sous les feux de la rampe le 9 mai lorsqu’il a accueilli la finale de la Coupe de Russie. Les six autres sites de la Coupe du monde – Kaliningrad, Samara, Ekaterinbourg, Nijni Novgorod, Saransk et Rostov-sur-le-Don – sont tous accoutumés à accueillir régulièrement des matches de ligues supérieures. Il va sans dire que tous les stades et toutes les villes hôtes brûlent d’impatience et ont hâte d’accueillir les visiteurs venus de près ou de loin pour le grandiose spectacle de football de cet été.

Article publié à l'origine dans UEFA Direct n°178

Haut